Ma trousse à pharmacie

Ma trousse à pharmacie!

« Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament »
– Proverbe chinois –

 

Après l’épopée (corvée?) des vaccins, la constitution d’une bonne pharmacie permet à mon sens de partir vadrouiller l’esprit un peu plus léger et tranquille! En la matière, je te conseillerais avant tout de consulter ton médecin généraliste, ou mieux, un spécialiste des maladies infectieuses et tropicales. Celui-ci te guidera en fonction de tes destinations, du type de voyage envisagé ou encore du climat. Dans mon cas, j’ai fait une consultation  « conseils aux voyageurs » à l’hôpital Saint-Antoine de Paris. Si comme moi tu es novice dans les voyages « longs » et « éloignés », ça peut être très intéressant et calmer quelques angoisses!

 

« Traitement anti palu?…ou pas? »

 

L’une de mes grosses interrogations s’est portée sur le traitement contre le paludisme. Cette maladie qui peut être mortelle est transmise par les moustiques (encore ces saletés!) et elle est endémique dans les zones intertropicales d’Amérique, d’Asie et d’Afrique (soit une bonne partie de mon itinéraire ! super!). Enfin, il n’y a pas encore de vaccins  au point pour l’éviter…La prévention est donc de mise!

Il existe bien une prévention médicamenteuse (type Malarone ou Doxycilline) qui consiste en une prise quotidienne d’un médicament commençant généralement avant l’arrivée dans la zone infestée et se poursuivant quelques jours après l’avoir quittée.

/!\ Cette prévention médicamenteuse ne garantit pas une protection totale. Il est fortement recommandé de l’associer avec les « réflexes anti-moustiques » adéquates (vêtements longs au crépuscule et à l’aube, utilisation de répulsifs pour la peau et les vêtements, d’une moustiquaire pour dormir…)

La prévention médicamenteuse, si elle est efficace, n’en n’est pas moins sans conséquences puisqu’elle peut occasionner des troubles tels que maux de têtes, maux digestifs, photosensibilité, etc. Le traitement préventif est en définitif assez lourd…et je m’inquiétais de devoir le prendre sur le long terme.

Après avoir discuté avec mon médecin de mon projet, nous avons finalement calculé qu’une cinquantaine de jours de traitement seraient suffisants. En fait, grâce à l’itinéraire que j’ai prévu, j’évite la saison des pluies (moment de l’année le plus à risque) et de plus il faut savoir que le paludisme est une maladie bien suivie et que les foyers endémiques sont précisément identifiés. Ainsi, je vais prendre le traitement ponctuellement, lorsque je me rendrais dans ces zones spécifiques.

/!\ Bon à savoir /!\ La Malarone, le traitement préventif qu’on m’a prescrit, n’est pas remboursé pas la sécurité sociale et les prix pratiqués sont trés élevés (en moyenne 30 € la boite pour une douzaine de jours de traitement ! Et oui!). Cependant, le générique existe (donc même composition) et est beaucoup moins cher, j’ai donc opté pour cette  solution. A la pharmacie de Cap 3000 à Saint Laurent du Var (06) le prix du générique pour douze jours est de 7,99 € (on y gagne!).

/!\ Bon à savoir /!\ Le médecin m’a conseillé de consulter régulièrement le site  Fit for travel  afin de connaître la localisation des foyers endémiques dans les pays que je vais traverser (exemple pour la Thaïlande ici). Ce site est très complet et mis à jour régulièrement.

 

« Et pour le reste?

Tu prends quoi dans ta pharmacie? »

 

Pour un long voyage, l’idéal est de pouvoir faire face, dans l’immédiat, à toutes les éventualités. Une plaie ouverte? Un bon désinfectant et des pansements! De la fièvre? Merci au paracétamol! Une petite allergie? Vive les anthistaminiques!

J’ai constitué ma pharmacie avec un médecin spécialisé dans le voyage et je l’ai aussi adaptée en fonction de ma santé et de mes petits tracas à moi! Donc à chacun de voir. Mais voici une liste de « base »:

Médicaments : 

  • antibiotique à large spectre  (amoxycilline) – infection
  • antidouleur (paracétamol)
  • antispasmodique (spasfon ) – douleurs abdominales
  • antisthaminique (desloratadine) – en cas d’allergies
  • antidiarrhéique (racécadortil)
  • antipalu

Matériel: 

  • couverture de survie
  • thermomètre
  • petit ciseau
  • pince à épiler
  • bandage
  • pansements  – pls tailles*
  • stéri-trip*
  • pansements compeed
  • sparadrap*
  • compresses stériles
  • lingettes désinfectantes (alcool)*
  • cathéter stérile*
  • seringue + aiguille stérile*
  • gants stériles*
  • scalpel stérile*
  • kit de suture stérile*

Autres: 

  • sérum physiologique (doses)
  • désinfectant
  • micropur – comprimés pour désinfecter l’eau
  • crème solaire visage et corps
  • spray anti-moustique
  • crème apaisante piqûres d’insecte

*issus du Sterile First Aid Kit de Lifesystems

/!\ ASTUCE 1 /!\ Prends soin de bien noter la DCI (Dénomination Commune Internationale) de chaque médicament pour pouvoir demander son équivalent à l’étranger.

/!\ ASTUCE 2 /!\ Fais toi une liste de tes médicaments précisant sur quels maux ils agissent et  leur posologie. Conserve cette liste dans une pochette hermétique avec les ordonnances (on ne sait jamais)

/!\ ASTUCE 3 /!\ Pour transporter les médocs, retire les boites et entoure les plaquettes avec la notice en la maintenant avec un élastique! très pratique !

Allez! Bon voyage 😉

One Comment:

  1. Pingback: Mon assurance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *